Crédit: Africanwits

Africanwits et les femmes à la conquête du numérique

L’avenir du monde est-il dans le numérique ? Cette question renvoie à une autre : celle de savoir si le numérique a un avenir. Andrew Keen, analyste et auteur anglo-américain, mais surtout considéré comme un techno et futurologue, affirme que l’avenir du monde c’est le numérique. Mais il va plus loin et milite pour la thèse de l’avilissement du monde par le numérique. Le numérique est donc un domaine plein d’enjeux, tant sur le plan économique que culturel. C’est la raison pour laquelle tous les acteurs doivent se mobiliser afin de l’approprier et ne pas rater le train de l’histoire. Africanwits l’a bien compris et s’engage depuis plusieurs années à susciter des débats sur les problématiques du genre et du numérique.

Africanwits, qu’est-ce que c’est ?

African Women In Tech StartUp (AfricanWITS) est un Tech Hub né en 2016. Il a pour vocation l’autonomisation de la femme à travers la maîtrise de la technologie numérique. Les femmes doivent saisir l’occasion qu’offre le développement exponentiel du numérique. Pour y parvenir, elles doivent se préparer. Comment l’être, avec cette fracture sociale du genre, où sa représentativité est toujours décriée ? On voit ici le travail qu’il y a à faire dans l’opinion public sur les femmes et leurs capacités. Les technologies de pointe étant un domaine réservé, Africanwits s’est donné pour mission d’aller à la conquête de celles qui peuvent changer l’avenir du monde. Vaste programme !

C’est donc une initiative qui crée des opportunités, en ouvrant la voie vers l’avenir. Elle ne se limite pas seulement à susciter des vocations, mais aussi à empêcher l’avilissement culturel du monde à travers le numérique. Elle reste donc le porte flambeau de la préservation d’une culture authentique. Le numérique ne doit donc pas être le berceau de la déshumanisation. C’est justement ce que Africanwits s’évertue à inculquer comme éducation numérique à travers les activités : les formations, les débats et conférences depuis son existence. Et Africanwits fait déjà parler de lui à travers les prix, notamment celui du Grand Prix CEMAC de l’hackathon Teg Campus 2020. Mais, ce qui est cependant intéressant dans ses multiples activités, c’est son festival dénommé « Festival Femme Numérique (FFNUM) ».

ffnum-africanwits-2021
Festival Femme Numérique (FFNUM) de AfricanWits

Festival Femme Numérique (FFNUM)

Africanwits, pour atteindre son objectif concernant la réduction des fractures numériques entre les hommes et les femmes, doit susciter des conditions d’incitation à l’investissement des femmes dans le domaine. Pour ce faire, il crée des initiatives où les autorités politiques, administratives, des organisations publiques et privées se plient à l’écoute des femmes. C’est justement à ce niveau que le challenge devient galvanisant. C’est la raison d’être du Festival Femme Numérique (FFNUM).

Le FFNUM est un espace de rassemblement des femmes autour des activités diverses comme les débats, les formations, les ateliers, et même les concours avec des récompenses. C’est l’une des activités phares de Africanwits à travers sa quête du leadership au féminin dans les domaines du numérique. Un défi que ce Tech Hub doit relever cette année dans un contexte où la Covid-19 bat son plein. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle ce Tech Hub oriente son thème : « Numérique et Leadership Féminin : parvenir à un avenir égal dans un monde covid-19 ». Cette troisième édition est organisée sous le haut parrainage du Ministère des Postes et Télécommunications et du Ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille au Cameroun.

Au programme

Le contexte actuel dominé par la crise sanitaire de la Covid-19 impose à Africanwits un programme très restreint à la participation en ligne. Ainsi, les femmes concernées par les FFNUM, de tous horizons, seront conviées à suivre les activités en ligne.

Du 4 au 8 mars prochain, une série de webinaires et exposés d’experts aura lieu, autour de la Covid-19 pour la majorité. Ils aborderont les opportunités et les défis sur la finance, le e-Trade, le e-learning, la cybersécurité de fond en comble. Une vingtaine d »experts animeront les webinaires.

Des thèmes articuleront les ateliers, comme Facebook, la cybersécurité, les ChatBots, Orange digital center, le community management, et bien d’autres encore. Ces ateliers sont par contre réservés aux entrepreneures confirmées ou non. Il suffira d’être juste une jeune femme ambitieuse et souhaitant faire carrière dans le numérique.

Ces ateliers seront l’une des activités majeures qui va susciter sûrement des curiosités. Ce sera sur la forme de ce que Africanwits a appelé « la caravane numérique ». Pendant deux jours en présentiel, plus de 1000 jeunes filles auront là une occasion de découvrir sur le tard les opportunités qu’offre les technologies du numérique.

Les caravanes vont s’étendre sur plusieurs villes, notamment Yaoundé, Douala, Buea et Ngaoundéré. Cependant, ce sont les lycées, les grandes écoles et les universités qui seront les lieux de prédilection de ces caravanes.

Partagez

Auteur·e

tkcyves

Commentaires