Finale de la CAN 2017 : Lions # Pharaons, les temps forts du classico

Le sport est un détail culturel et les Lions indomptables du Cameroun met de la culture dans son alignement à chaque fois que son équipe sort. Ce constat sociologique est flagrant dans la mise en place en cette Coupe d’Afrique et d’avantage en cette finale où le milieu est très dense en récupérateurs tandis que depuis l’attaque Ndip Tambe fait office de défenseur le plus avancé…

L’Égypte a utilisé du trompe-l’œil. Elneny revient après deux matchs d’arrêts en quart et demi-finale… Sa vivacité est tout de suite exploitée…

Les pharaons dominent les Lions à la première mi-temps

Passe limite, celle qu’on appelle killer pass de Salah. Tir à bout portant de Said, de Ondoa fait voir de quoi il est capable sur le tir qui suit. Plongeon au sol, arrêt net…

Supporters des Lions indomptables en liesse

Les supporters Camerounais en liesse pour soutenir les Lions indomptables

Un qui est monté en puissance ces dernières saisons c’est l’arbitre Janny Sikazwe de Zambie dont le destin croise celui des Lions indomptables du Cameroun qu’il a déjà dirigés en quart de finale fructueux contre le Sénégal… C’est lui l’officier de la finale monté à la place de Bakari Gassama le Gambien qui a eu la charge de la petite finale…

On tarde à voir les Camerounais et c’est un choix tactique qui compte aussi sur les gabarits…

La similitude entre les deux équipes est qu’elles prennent peu de buts… 2 pour le Cameroun et 1 pour l’Égypte jusqu’ici en cette CAN. Elles sont amenées par 2 ex défenseurs comme coach… Ce n’est pas pour ça qu’il faut s’attendre à un match ennuyeux…

Le Cameroun ne résiste pas. Il est patient et calme comme son meilleur buteur et libéro Ngadeu. Bassogog Mr « I don’t want things to happen, I make things happen » le prouve après 7 minutes, stoppé par Les 153 sélections d’El Hadary à 44 ans et 21 jours d’âge.

Teikeu solide en présence et dans la tête coupe souvent le chemin aux attaquants Egyptiens. Les Lions ont en lui un digne remplaçant de Magnan Song, successeur qui a bien intégré les conseils de Samuel Eto’o : « utilisez l’équipe nationale comme tremplin pour émerger ». Il quittera sûrement Sochaux dont il est le capitaine…

N’empêche que quand c’est Oyongo qui est directement affecté à la tâche défensive ardue, l’Égypte profite de la faille à la 21ième minute… Deux Joueurs remercient de se retrouver seul. Sur passe feutrée de l’inimitable Salah Elneny et Ondoa se parlent du regard. Le but que marque le premier sur le côté fermé semble surprendre les deux parce que tout laisse penser à un centre… But intelligent!

Le capitaine Moukandjo sonne l’assaut et se bat pour que le ballon ne rentre pas souvent du côté Camerounais… Les combinaisons des Lions démontrent qu’ils réagissent bien. C’est l’heure de construire et non celle de la précipitation… Ils savent que l’Égypte a Le potentiel pour tuer le match…

La blessure de Teikeu tombe très mal à la 23ième… Les joueurs en profitent pour se ravitailler en eau…

On revient et Oyongo stoppe la star Salah pour démontrer qu’il reste bien dans sa tête… Le but concédé ne l’a pas affecté… Loin de Là!

Coup dur pour Teikeu, sortir en finale, le jour du match de sa vie… À la 30ième minute, Nkoulou reprend ses droits au centre de la défense, encensé par le reportage d’El Hadj Diouf… Le Sénégal soutient le Cameroun… Les gradins lui font écho : LE GABON SUPPORTE LE CAMEROUN… Finalement!

La pelouse continue de faire des victimes… C’est le point épineux sur lequel l’organisation de cette CAN a péché…

La belle combinaison avec renversement d’ailes à la 33ième ne produit pas. Bassogog envoie dans le décor… Nkoulou et Ngadeu dialoguent des pieds derrière quand le Cameroun a besoin de monter et pour peu l’Égypte qui rejette visiblement le combat physique ne les surprend pas…

Quand les Lions sont devant les buts adverses, c’est Elneny qui défend… l’Égypte joue regroupée et empêche que le Cameroun mette un attaquant déstabilisateur devant le gardien… Pour ce, le corner se solde par un gâchis…

Pour l’instant Elneny est l’homme du match. Arsenal a fait l’affaire avec lui. Sa faute tactique de la main au milieu donne un coup franc loin d’inquiéter l’Égypte à la 38ieme…

L’Égypte veut endormir la mi-temps et la faire mourir… Oui elle est fière et forte tactiquement… Le long ballon de Nkoulou est inexploitable pour Ndip Tamba… Hector Kuper est en train de déployer son cours tactique aux yeux du monde…

À deux minutes de la fin de la période, le centre d’Oyongo qui contraint El Hadary à sa première sortie manquée n’est pas exploitée par les Camerounais et il faut Ondoa pour que Salah ne fasse pas mouche sur un contre…

Siani veut réveiller les siens par un tir osé car ça manque d’initiative… Le Cameroun tente de finir en attaque mais l’Égypte coulisse bien gauche-droite. On en reste là… Un carton jaune partout… 5 tirs pour le Cameroun qui a 63% de possession de balle, 2 tirs et un but pour l’Égypte qui se contente de 37% de possession de balle… Elle se cache mais ne cache ni son jeu ni son intention…

Les lions se réveillent au retour de la mi-temps

Au retour c’est le quitte ou double. Plus de calcul. Sur 10 rencontres l’Égypte a eu le dessus 5 fois, Le Cameroun 3 et il y a eu 2 nuls mais, les pharaons peuvent se targuer d’avoir remporté le plus de rencontres déterminantes… Aboubakar a la charge de faire une bonne révision du Cameroun sur cette statique. Ndip Tambe lui a cédé sa place…

Seulement p

Les deux capitaines des Lions brandissent le trophée

Le capitaine des lions Moukandjo et l’ex-capi Nkoulou brandissent le trophée

erdre la balle sur une action de touche en Attaque n’est pas digne du haut niveau… Il faut le meilleur Nkoulou pour briser la course du rapide Trezeguet mis sur orbite par le développement de ce loupé… Les égyptiens tentent d’endormir les Lions. Ceux-ci veulent habiter le camp des Pharaons et ce n’est pas mal pensé…

Il faut trouver la faille dans cette défense égyptienne qui ne sort jamais… Les coups de pieds arrêtés sont la voie mais ça tarde… Bassogog a changé d’aile et reste incisif… Non, il est même plus percutant à gauche!

Pris de cours, Oyongo permet au précieux Salah de glaner un coup franc astucieux pour les pharaons… Tous les grands montent mais l’action dangereuse devient camerounaise sur la relance avec Bassogog inspiré par Oumarou lors de la malheureuse finale perdue devant l’Égypte au Caire en 1986 quand il n’était pas né…

Le ballon est souvent dans le camp égyptien et de coup de pied en coup de pied arrêté, le meilleur passeur de la CAN le Capitaine Moukandjo (Ah Le Joueur qu’il est!) rappelle au monde comment on reconnaît les Camerounais… Sur le développement d’un corner il laisse partir un centre… La sortie de Teikeu était elle tactique? Surgi du tas, Nkoulou voyage en l’air et tandis que la Douane égyptienne contrôle ses valises, il dépose le cuir où seule une toile d’araignée bionique peut le stopper…

Egypte 1 – Cameroun 1

Nous jouons la 58ième minute:..

L’égalisation transfigure les Lions… Leur suprématie physique existe vraiment… Elle est là!

65ième, Ramadan Sobhi de Stoke City qui connaît bien le haut niveau entre pour Trezeguet… Les égyptiens repartent par une faute sur Elneny mais Les Lions défendent de mieux en mieux… Ngdeu fait le ménage… C’est sur lui que bute Salah à la 71ième minute…

La rentrée de Vincent Aboubakar est saluée par Moukandjo qui est plus libre de créer le malheur chez les adversaires en inspirant les siens… Le colosse et véloce Jacques Zoua par de gestes vigoureux des bras dit clairement qu’on doit encore doser du tonus physique, Nkoulou encore lui, très aimé par Diouf envoie d’une tête un corner au dessus de la barre, contrôlé par Hegazy…

Après avoir vu à la 76ième Zoua chevaucher et révéler les insuffisances des égyptiens dans l’axe en défaut de lucidité à 15 minutes de la fin du temps réglementaire, Belle chevauchée d’Abou qui permet au Capitaine Benjy de frapper à la 82ième…

C’est un autre match et encore corner de Moukandjo. La tête de Ngadeu est reprise tranquillement par El Hadary. On a remarqué qu’il n’est pas bien dans les sorties ce soir…

Ce sont les essais généraux du but Camerounais qui n’est que renvoyé…

Le Coup de sombrero du talon de Salah est ramenée sur terre… C’est un message pour les Camerounais qui ont bien reçu… Les Lions pressent haut et le jeu intelligent de Moukandjo est exquis… Sa contribution dans le match est immense…

Quand il ne reste plus que 13 minutes, le match baisse de nouveau d’intensité. Les égyptiens aiment ça et une perte de Ngadeu en défense crée heureusement juste une frayeur. Zoua pouvait mieux gérer le contre qui a suivi à la 84ième. Il lâche un tir qui fuit ses ambitions et s’éteint sur le côté… L’une-deux d’aile en aile de Bassogog et Moukandjo est chiche mais le Cameroun tient le stylo sur son sujet. Les deux combinent encore pour un intérieur de pied qui renvoie encore le 2-1… Celui-ci se rapproche.

Les crampes commencent à dire que la fraîcheur physique manque quand Bassogog met tactiquement la balle en touche pour que l’égyptien au sol reçoive des soins…

La minute du mental approche…

Le mental : « tu peux tuer les Camerounais mais tu ne les déshonore pas » Paroles de l’ex Goleador Sénégalais sur Africa N°1…

La radio panafricaine fait partie des supports techniques que j’utilise dans ma cabine en plus du live du stade pour compléter mes analyses qui s’appuient aussi sur RTB du Burkina, CRTV du Cameroun, Nos amis Sénégalais et Gabonais…

Le centre sorti de Moukandjo qui reçoit de Vincent est poussé dans les filets par Bassogog. Même si l’arbitre a sifflé avant, ce perce-goal est à l’avantage psychologique des Lions…

Encore 6 minutes à jouer et l’inutile faute de Collins Fai sur Ramadan risque d’induire les Camerounais à réclamer sa tête. La splendide ligne haute de la défense Camerounais donne la visibilité au gardien Ondoa de gérer pendant que l’Égypte s’écrase sur un hors-jeu… Ce fragment est juste trop beau à voir d’un hélicoptère pour être d’enseignement aux élèves footballeurs…

Le long ballon que Arnaud Djoum donne aux Egyptiens en cherchant ses attaquants permet à tous de respirer et au Cameroun de se positionner… Le Cameroun cherche une nouvelle haleine à la 85ième mais le public voudrait crier aux Lions qu’un coup-franc joué vers l’arrière à la 87ième est stupide puisque les Égypyiens accourent sentant la balle de match s’ils réussissent à subtiliser le ballon… Mais c’est un piège…

Tout le Cameroun est dans sa moitié de terrain… Sauf… Sauf un Joueur…

Pourquoi une relance longue part immédiatement et donne l’impression d’un dégagement destiné à chasser non pas les égyptiens mais le ballon sur 50 mètres?

C’est que 50 mètres plus haut il y a un joueur qui a appelé le ballon et sait de ses coéquipiers qu’ils préparaient la fête à la défectueuse défense centrale de l’Égypte… Il avait aussi à cœur de montrer à l’excellent Salah comment on ne gaspille pas un beau sombrero à l’entrée de la surface comme il avait fait 14 minutes plus tôt : il s’agit de Vincent Aboubakar…

Il reçoit calmement le ballon de la poitrine entre 2 joueurs. Le gardien sortant rentre entre ses poteaux et Abou le voit… quand celui-ci rappelle le ballon avec un somptueux sombrero de la pointe du droit sur le premier défenseur, une seule fraction de seconde est passée et les joueurs autour de lui sont trois… Intelligent et rapide il ne donne pas au cuir le temps de toucher le sol et envoie El Hadary chercher le ballon au fond des filets…

Quand celui-ci revient avec le Ballon pendant que l’euphorique Abdou court jubiler vers les tribunes, l’expérimenté gardien lui lance « Hé tu fais ça à moi le meilleur gardien de l’histoire de la CAN? » Abou lui répond la tête vers l’arrière sans arrêter sa course : «Je t’avais réservé l’honneur du plus beau but de la CAN et le témoignage du fait que parfois il y a 2 sans 3!»

Sur cette relance venue de nulle part (ah Oui Siani!), la magie de Vincent fait danser Samuel Eto’o…

Abdou ne courait pas vers son banc de touche mais vers la tribune où étaient assis les anciens Lions devant qui il se prosterne… Il se prend un carton jaune pour s’être déshabillé mais c’est de bonne guerre…

Avant de complètement consommer cette longue 88ième minute, quand j’ai le buteur au téléphone mystique, je lui demande « petit, comment tu sais que j’ai rêvé de toi qui reçois de Zoua et nous amène au paradis!? » Il me répond «Grand il fallait bien que quelqu’un démontre un jour aux Égyptiens que le Mont N’Gaoundéré est plus haut que la pyramide de Keops et qu’il peuvent se barrer avec leur Osiris puisque Notre Ngwati était déjà en position avec nos Dieux avant ou bien!? »

Et quand Fai commet la faute qu’il ne fallait pas pour un autre jaune qui occasionne un coup franc périlleux, il y a du temps pour Ondoa de faire sa balle de match… finalement elle ne l’est ni pour lui, ni pour les Égyptiens…

Les nerfs des pharaons ont craqué et j’ai en cette vie la possibilité de raconter à mon fils que Zoua est sorti à la 93ième minute d’une finale finalement remportée devant l’Égypte. Le solide Georges Mandjeck remplace le véloce Jacques Zoua. On densifie le milieu de terrain du côté d’Hugo Broos. Mandjeck entre donner du souffle et sonner l’entame de la chanson qui dit que Les Lions sont de retour avec une cinquième Coupe d’Afrique : un signe indien est brisé… NOUS AVONS PRONONCÉ NOTRE DIVORCE DE L’ÉGYPTE!

Une belle fin, enfin! L’espoir peut-il revenir chez les Camerounais?

Les gens pensaient réduire le Cameroun à son impact physique. Les Lions ne le répudient pas mais l’ont fait à la camerounaise avec à la clé Moukandjo homme du match!

Entendre le capitaine couvrir d’éloges les buteurs et le coach confirmer qu’il avait dit : « Nkoulou aura son moment et laissera ses marques sur cette Coupe D’Afrique » nous force à penser que nous sommes au début de l’épopée d’une génération incroyable avec un coach exceptionnel qui n’est pas seulement gagnant aujourd’hui mais prometteur pour la COUPE DU MONDE en 2018 et une Grande CAN à la maison en 2019…

Deux remplaçants sont rentrés faire le match. Les deux plus anciens. Deux vétérans qui ont accepté le banc de touche et montrer qu’ils savent comment on fait… La force de l’expérience humble!

Aboubakar n’a pas marqué le but de Victoire mais le début de sa victoire…

Le public Camerounais l’aime mais ne l’estimait pas parce qu’il ne savait pas si Aboubakar l’aime… Il lui a fait une belle lettre d’Amour ce soir !

Bassogog sort sur une civière et ça fait partie des astuces de victoire pour que du sang de pharaon finisse dans la sauce!!!

L’Égypte absente depuis 7 ans revient et joue une finale. C’est l’équipe à féliciter même si la malédiction du coach Kuper qui perd encore en finale continue…

Quand je quittais le Cameroun le 5 janvier dernier pour un bref séjour en Europe Avant d’obtenir mes lettres de créances pour le Gabon, je disais que dans le pays de Roger Milla on n’avait pas l’impression qu’une CAN se préparait, tellement le public était en désaffection et ne s’enthousiasmait plus que pour les Lionnes footballeuses, malheureuses finalistes en décembre à la maison…

Le Cameroun après en avoir joué le jour de l’ouverture joue et remporte le match de clôture de cette CAN…

Aux Lions la Grande Finale, aux Étalons la petite, à la Poule A de dire qu’elle était la plus forte et il n’y a véritablement plus de favoris à priori…

J’ai envie d’aller ressusciter Louis Paul Mfede pour lui dire que nous avons vengé ce qui lui est arrivé en 1986. Ce 21 mars là j’avais aussi encaissé la frustration de la pluie en plus de la douche froide que se prit toute la Nation après le tir au but manqué de Kana Biyick, consolé Par Claude Le Roy…

Tous les Lions arborent le maillot dossard 17 et on comprend pourquoi : ça fait 13 ans et 8 mois que nous voulons saluer la mémoire de MARC VIVIEN FOE avec un sacre sur le terrain : C’est Fait!

Hugo BROOS passera-t-il de sacrifié à sanctifié?

Fidèle à lui-même, il a laissé ses garçons faire la fête en restant effacé et n’est apparu qu’à la fin, voulu par eux, porté en triomphe pour un instant : cette gloire est l’œuvre de sa stratégie!

Comme Mbouh avec Milla en 1988, Moukandjo soulève le Trophée en compagnie de Nkoulou le Capitaine des vestiaires, temple sacré pour tout Joueur !

Au Cameroun, les maisons sont vides, les rues sont pleines, une marée humaine dégageant une liesse incontrôlable…

Imaginez l’orgie populaire Au retour des Lions ce Lundi…

Sur le plateau du Club CAN Le Capitaine Song revenu de loin est aux anges… Il dit que c’est le meilleur cadeau qu’on pouvait lui offrir mais c’est lui notre porte-bonheur!

Les 38 200 spectateurs ce soir au stade de l’Amitié d’Angondjé, sur les 40 000 places disponibles ont rempli ce joyau pour encore s’il le faut nous signifier que le Gabon a mis la barre haute…

Aux pays des Panthères, LES LIONS SONT DE RETOUR!!!

Mathias LiønKïng Mougoué,

The following two tabs change content below.
Yves TCHAKOUNTE
Camerounais, doctorant, chercheur, sociologue, universitaire, chroniqueur et... blogueur. Le social, l'humanitaire, le volontariat, le bénévolat sont mes champs d'action. L'économique, le politique, le philosophique, le sociologique, bref, l'actualité du monde et de l'Afrique sont mes champs de réflexion. Vivons ensemble autrement!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *