CAN 2019 : pourquoi insulter Ahmad Ahmad est une bêtise ?

Depuis le 6 août, les réseaux sociaux s’enflamment pour la préparation de la CAN 2019, suite à des déclarations de Ahmad Ahmad président de la Confédération Africaine de Football. En visite au Burkina Faso du 5 au 6 juin dernier, Ahmad Ahmad a été invité, au cours d’une conférence de presse de donner son avis sur le niveau de préparatif de la CAN 2019 au Cameroun. La pression des journalistes fait suite aux conclusions du symposium de Rabat de passer de 16 à 24 équipes pour la phase finale de la CAN à partir de 2019.

Cette décision avait fait jaser l’opinion qui parlait de changement de cahiers de charges en cours de compétition. Le Cameroun qui traîne les pieds dans la préparation, ne dispose toujours pas d’un site entièrement dédié, à deux ans de la compétition. L’hypothèse du complot de Ahmad Ahmad contre le Cameroun était alors brandi par certains analystes. Du coup, la toile camerounaise et même africaine s’est enflammée pour dénoncer la cupidité du président Ahmad.

Dans ce méli-mélo et ce flou artistique aiguillé par les férus des réseaux sociaux qui crient en balançant Ahmad Ahmad à la vindicte populaire, d’autres analystes proposent la retenue. Parmi eux, le cris d’alarme de Charles Mongue Moyeme me semble plus réaliste. Ce texte est actuellement en circulation sur tous les réseaux sociaux. Même certains sites de presse camerounais s’en sont emparé et s’en délectent au plaisir de leurs lecteurs. Fasciné par la rigueur méthodologique de la démarche, j’ai la faiblesse de tomber sur le charme des arguments amplement développés. Je partage son analyse ci-dessous (les sous-titres sont de moi).

Les mots de Ahmad Ahmad qui met l’huile sur le feu

Si les insultes pouvaient tuer, celles de certains camerounais auraient déjà expédié le président de la CAF dans l’au-delà. Si le mépris pouvait agir dans ce sens, Madagascar serait déjà rayé de la carte du monde par des camerounais. Quelqu’un qui se fait appeler « patriarche » (!) a même déclaré sur Vision 4 TV le 6 août 2017, qu’il n’y a que des idiots qui peuvent aller vivre sur une île, et donc les malgaches sont des idiots. Effroyable !

Beaucoup de ceux qui diabolisent Ahmad Ahmad soi-disant pour sa déclaration au Burkina Faso, ne l’ont même pas écouté. Voici, pour ceux (très nombreux) qui ne l’ont pas suivie, la déclaration du président de la CAF répondant à une interview (bon à savoir) au Burkina Faso :

« 2019, je ne veux pas spéculer. Mais sachez que nous n’attribuerons pas de gré à gré nos compétitions. Il faut qu’il y ait une ouverture d’appel d’offres. Même si on a le rapport que le Cameroun…, même avec le temps imparti, on va ouvrir les appels d’offres, vous avez entendu ? Il y a même 2 pays qui se manifestent déjà : je vois dans l’immédiat il y a l’Algérie, il y a le Maroc qui veulent l’organisation.

https://twitter.com/Clarenceyongo/status/889791601144467456

Vous me demandez de répondre concrètement d’une situation aujourd’hui qui ne répond pas à la réalité. Moi je dis, là où nous parlons, même une CAN à 4 équipes, le Cameroun n’est pas encore prêt. A 4 équipes, ils ne sont pas encore prêts ! »

L’hypothétique CAN 2019 cristallisent la haine des Camerounais

Ce qui pourrait choquer un camerounais normal (qui n’est ni égoïste, ni fourbe, ni cupide, ni corrompu) dans les propos de Ahmad Ahmad, c’est le manque de diplomatie qu’ils trahissent. Il aurait pu, en effet, s’abstenir d’exprimer aussi crûment son point de vue personnel sur l’état actuel des préparatifs de la CAN 2019 par le Cameroun. Oui, il aurait peut-être dû s’abriter derrière le rapport à venir de la mission d’inspection annoncée au Cameroun pour botter la question en touche.

Mais pour les camerounais, la meilleure manière de lui montrer qu’il a manqué de tact est-elle de proférer des insultes à son encontre et de tenir des propos méprisants vis-à-vis de Madagascar son pays d’origine ? En quoi serions-nous meilleurs que lui alors dans ce cas ?

Si nous étions d’accord que l’avis de notre compatriote Issa Hayatou, président de la CAF au moment où la CAN 2019 était attribuée au Cameroun, n’avait eu aucune influence sur la décision de la CAF en notre faveur, alors nous devons avoir la conviction que l’avis de Ahmad Ahmad n’aura aucune influence sur la décision de la CAF de nous conserver ou non l’organisation de cette CAN.

Diaboliser Ahmad Ahmad, insulter Madagascar, ne servira donc qu’à aiguiser les regards des autres africains et du reste du monde sur notre pays, et, malheureusement, à confirmer la véracité des propos du président de la CAF.

« Même une CAN 2019 à 4 équipes, le Cameroun n’est pas encore prêt »

Stade Amadou Ahidjo-Stade d'entraînement CAN 2019

Stade Amadou Ahidjo considéré comme le stade d’entraînement pour la CAN 2019. Crédit photo : Facebook.

En effet, selon le dossier (précision très importante) que nous avons déposé à la CAF pour que la CAN 2019 soit attribuée à notre pays, nous n’avons aucun site prêt aujourd’hui pour abriter une seule poule de la CAN. Passons-les en revue :

1-SITE DE YAOUNDE

Pas de stade de matchs, puisque le stade Paul Biya d’Olembé qui figure comme tel dans le dossier n’est pas encore construit. Pas besoin donc d’aller plus loin. Il faut signaler que le stade Ahmadou Ahidjo qui a servi pour les matchs de la CAN féminine est considéré comme stade d’entraînement pour la CAN 2019.

2-SITE DE DOUALA

Pas de stade de matchs, le stade de Japoma n’étant pas encore construit. Inutile donc de regarder les autres infrastructures, Douala n’est pas prêt.

2 bis-SITE DE LIMBE

Dans le dossier que détient la CAF, ce site est en réalité un appendice du site de Douala. Il n’est donc pris en compte que si le site de Douala existe, ce qui n’est pas encore le cas.

3-SITE DE BAFOUSSAM

Aucun terrain d’entraînement n’y existe, si nous considérons que le stade des matchs est déjà prêt (!). Pas besoin de rechercher autre chose, Bafoussam n’est donc pas prêt.

4-SITE DE GAROUA

Le stade de matchs n’est pas encore aux normes exigées pour la CAN, et les travaux n’y ont pas encore commencé. Donc Garoua aussi n’est pas prêt.

Conclusion : il faut attendre la mission d’inspection de la CAF

Il est donc clair et évident qu’aucun de nos sites n’est actuellement déjà prêt pour abriter une seule poule de la CAN. Mais cela ne veut pas dire non plus qu’en 2019 ce sera toujours le cas, et Ahmad Ahmad ne l’a pas dit (ne tronquons pas ses propos). Il est possible qu’à un moment « M-1 » aucun site ne soit prêt, mais qu’au moment « M » tous les sites soient prêts. La mission d’inspection annoncée aura pour but d’établir si cela pourra être le cas au Cameroun pour la CAN 2019, et des méthodes scientifiques existent pour cela.

Ne nous y trompons pas, incendier Ahmad Ahmad et son pays Madagascar n’apportera rien à la construction des infrastructures au Cameroun. Cela contribuera juste à montrer que la vérité et la rigueur nous horripilent, et que nous n’avons pas plus de hauteur que ceux que nous pourfendons.

Par Charles Mongue Mouyeme

The following two tabs change content below.
Yves TCHAKOUNTE
Camerounais, doctorant, chercheur, sociologue, universitaire, chroniqueur et... blogueur. Le social, l'humanitaire, le volontariat, le bénévolat sont mes champs d'action. L'économique, le politique, le philosophique, le sociologique, bref, l'actualité du monde et de l'Afrique sont mes champs de réflexion. Vivons ensemble autrement!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *