Afrobasket 2015 : les Camerounais braillent sur la Toile devant les images de la honte

12118726_1032971013402034_7034098003236001539_n

Les Lionnes indomptables du Basketball

Les Sénégalaises qui remportent la finale de l’Afrobasket 2015 à Yaoundé ce samedi 3 octobre 2015 sont reparties sûrement en ignorant ce que vivent leurs collègues camerounaises. Comme d’habitude, le Cameroun brille par l’amateurisme et le vandalisme dans la gestion des biens et des hommes.

Les footballeurs étaient de loin considérés comme les moutons noirs de la cour. Comme eux, les footballeuses, les volleyeuses d’hier et les basketteuses aujourd’hui vivent un calvaire des plus indescriptibles. Leur péché mignon ? Celui d’avoir revendiqué les primes. Encore cette histoire de primes qui ne finit jamais ! Décidément, le Cameroun est un pays maudit où l’argent, considéré comme le nerf de la guerre, divise, spolie, gâte, embrouille et met tout un pays en ébullition.

Des images de la honte qui circulent sur la Toile montrent à suffisance l’ampleur du mal, du mal-être même. Il s’agit des basketteuses qui ont été sevrées de nourriture de l’hôtel après avoir refusé, dit-on, de prendre 2 millions de F Cfa donné par l’État à la place de 15 millions qu’elles revendiqueraient. Assises à même le sol, elles se partagent des repas de disette comme des mendiantes en plein désert. Il faut rappeler qu’à intervalle de quelques mois, les footballeuses et les volleyeuses qui ont vécu les mêmes calvaires ont reçu, pour la Coupe d’Afrique, 21 et 11 millions respectivement. Il serait mal intentionné de penser que les basketteuses, en tant que vice-championnes d’Afrique, vont se contenter des 2 millions seulement.

Immédiatement après le match de la finale au palais des sports de Yaoundé, avant que les médias en parlent, l’information fut d’abord relayée par les internautes. Elle fait allusion aux soucis de primes dans la tanière des Lionnes indomptables du basketball. Mamoud Tawat lance l’alerte sur le forum camerounais Facebook le plus populaire « Le Cameroun, c’est Le Cameroun » en titrant justement son message par un style journalistique « Breaking News ». L’internaute semble maîtriser les tenants et les aboutissants de la crise et le ton est même formel. Il ne va pas du dos de la cuillère en pointant du doigt le régime au pouvoir pour qui la responsabilité du désordre doit incomber :

Afro-Basketball 2015 : problèmes de primes entre le gouvernement du régime RDPC et les Lionnes du basket.Ces dernières ont refusé de percevoir la prime de deux millions de francs que l’Etat leur propose et réclament la somme de 15 millions en leur rang et qualité de vice-championnes d’Afrique.

Nous devons nous mobiliser pour que ce gouvernement où l’unité de mesure de vol de chaque ministre est le milliard donne les primes exigées par ces filles qui ont donné de la joie dans nos cœurs. En dix jours de compétition grâce à ces filles, le palais polyvalent de Yaoundé a fait son plein en cash. Près d’un milliard de francs en termes de sponsoring, de tickets vendus, plus de cinq milles places remplies tous les jours, le billet le moins cher coûtait 1000 fr, faites les comptes en dix jours de compétition vous comprendrez que ce pays aux mains du régime de Yaoundé c’est une honte qui doit au karcher être balayée!

Tenez bon les filles le peuple est derrière vous!

12109223_1032971146735354_370764855843897860_n

Au moment où les basketteuses sénégalaises sont reçues par le président Macky Sall, les Camerounaises sont privées de nourriture à l’hôtel et mangent du pain et des sardines…

Dès que la mayonnaise a pris, la fureur a envahi le forum et les messages de revendication de primes ne cessent de pleuvoir.
C’est justement le message de Kamdy Engelby qui donne la frayeur en arguant que les basketteuses sont privées de nourriture. C’est ce message qui va mettre le feu aux poudres :

Voilà à quoi sont réduites les vice-championnes d’Afrique de basketball, pour avoir revendiqué leur dû.

Je vous rappelle qu’elles ne sont plus alimentées, approvisionnées ni prises en charge depuis samedi soir. Ces repas de fortune que vous voyez sur les images sont offerts par une Camerounaise lambda, soucieuse de la situation critique de ces filles.

Dénouement tragique pour ces filles.

Voilà comment ce pays traite les jeunes.

Je tiens à préciser que l’Américaine naturalisée camerounaise et qui a été très active sur le terrain lors de cette compétition, est bel et bien présente actuellement avec les filles, les soutient et vit la même galère. Voilà un bel exemple. Dommage que nos dirigeants ne sont pas adeptes du bon exemple.

Sacré CAMEROON!!!

Ces alertes d’appel à la revendication des primes ont envahi le forum et beaucoup d’autres sur les mauvaises conditions de vie des sportifs camerounais. La situation des basketteuses réveille encore de vieux démons qui hantent les souvenirs des événements malheureux vécus jadis. Depuis le week-end du match de la finale africaine de basket dame, les internautes se sont rués sur la Toile à travers les forums pour hurler, crier et brailler. Bref, pour se plaindre comme d’habitude. Chacun s’y est mis à cœur joie et c’est Bernard Williams Banag qui se fend en lettre ouverte aux dirigeants de la fecabasket en ces termes :

Les basketteuses de notre équipe nationale ont durement défendu les couleurs du Cameroun au dernier AfroBasket et aujourd’hui on les traite dans notre pays comme des serpillières. Certaines ont payé leur billet d’avion avec leurs propres deniers pour venir se battre sous les couleurs du drapeau VRJ*

Elles sont aujourd’hui séquestrées et considérées comme des moins que rien parce qu’elles exigent simplement la totalité de leur dû.

Paul Biya doit-il aussi intervenir dans cette affaire où certains rapaces veulent se servir et s’enrichir grâce à l’effort consenti par ces patriotes souvent moins nanties que nos « élites » de pacotille qui ne pensent qu’à se servir au lieu de servir leur pays ?

Alors Messieurs et Dames de la Fédération camerounaise de Basketball et du MINJES, donnez la TOTALITÉ des primes à ces jeunes filles qui ont versé leur sueur et souvent leur sang pour que les couleurs de la Nation puissent briller très haut pendant le dernier AfroBasket féminin, compétition continentale organisée à Yaoundé où elles ont été médaillées d’argent après avoir perdu face à une équipe sénégalaise de classe mondiale.
Il est tout simplement inadmissible que ces filles soient humiliées de la sorte dans notre pays. Sortez cet argent et qu’on en finisse une fois pour toutes avec cette honteuse et rocambolesque histoire.

SHAME!!.

Pour mon compatriote général Yannick Monkam, sa plainte indexe non seulement les responsables de cette maltraitance, mais surtout d’autres compatriotes, éternels défenseurs du régime au pouvoir, qui ne manquent pas toujours d’arguments pour justifier l’incurie. Ces images qui circulent sur les réseaux sociaux sont qualifiées par général Yannick Monkam d’images de la Honte. Il achève justement son propos en Camerounais optimiste qui croit fermement que cette situation finira un jour par changer :

Pendant que les Sénégalaises ont été transportées par l’avion présidentiel et accueillies triomphalement, des rumeurs circulent à Dakar sur le fait qu’elles pourraient recevoir chacune un véhicule ou une maison. Dans mon pays les basketteuses finalistes sont chiffonnées, affamées et délaissées pour les primes qu’elles revendiquent pacifiquement.

Bizarrement, la bande des kilavistes de ce forum joue aux aveugles et certains d’entre eux n’hésitent même pas à accuser les filles de chantage, etc.

Après on va s’étonner que les jeunes athlètes une fois arrivés en compétition à l’étranger soient prêts à braver le froid et les risques pour fuir et aller offrir des médailles et distinctions à d’autres pays, c’est malheureux!

Ah si ces compatriotes avaient un Eto’o Fils parmi elles. Mais one day one day!.

12109067_1032971110068691_8611878324173951835_nQuant à Mbeuh Kouamen, sa diatribe va surtout à l’endroit de tous ses compatriotes qui ont l’art d’être apathiques. En fait, pour lui, les Camerounais doivent eux-mêmes apprendre à dire non à certains traitements inhumains sans quoi ils ne cesseront jamais d’être traités comme ces basketteuses. Cette attitude des Camerounais dépassés par les évènements s’illustre surtout par cette expression interrogative et ennuyeuse devenue populaire « On va faire comment ? » :

Nous aimons avoir honte. Nous aimons l’oppression. Nous aimons ceux qui nous oppriment. Crachez, pissez, déféquez Sur nous, rien ne se fera. Nous sommes fiers d’être ainsi. Surtout que c’est par amour pour notre pays que nous le faisons.

NB: Il est important de savoir que le Cameroun n’est pas le Burkina Faso. Donc on n’a pas besoin de faire de la mauvaise publicité pour notre pays.

Mon compatriote Onana Manga Robert Yves ne manque pas de s’offusquer devant l’horreur de ces images de la honte. Pour lui, les vice-championnes d’Afrique mériteraient aussi qu’on leur accordât  cette attention que le président Macky Salll’a fait pour ses compatriotes. Onana Manga Robert Yves s’interroge sur ce qui arrive au Cameroun où le mérite n’a jamais été reconnu. Sa question « Ça se passe à côté! qu’avons-nous fait au Bon Dieu!? ». Cela  mériterait qu’on s’arrête un tant soit peu sur ce pamphlet plein de sens :

On te nomme ministre sans même faire tes preuves c’est dejà la fête au service, on dirait un jour férié aucun travail de la journée!

Tu gagnes des médailles d’or aux jeux africains à la suite d’un travail intense un travail de dur labeur, tu reviens et direct dans l’anonymat. ou est passé le jeune qui a gagné en boxe la médaille d’or et qui en interview a dit  » je l’ai fait pour mon pays » en pleurant à chaudes larmes; pour ne citer que celui là!

Tu es finaliste, 2e au basket africain la récompense c’est la coupure des vivres et la posture de persona non grata au Mont Fébé!

Regardez l’accueil des Sénégalaises chez elles au retour!

N’ayez pas honte, regardez pas le bepbepbep!

Une d’elles offre sa médaille à MackySall!

L’amour d’un peuple est important, la mauvaise gouvernance aussi a pour conséquence l’entrée direct dans l’anonymat après son règne!
Vous n’entrerez même pas dans les archives après, dans 50 ans on ne parlera plus de vous!

Allons seulement, Un Jour Un Jour!

Apprenons à marquer positivement notre passage sur cette terre!
Vivement un Cameroun débarrassé d’étrangers aux commandes du pays!

Quoi va faire si Nkukuma prête une oreille attentive ou une minute de son temps à ces jeunes!?

Ce jeudi matin, la situation n’a guère changé pour les basketteuses camerounaises. Sauf que les négociations que certains avouent être en cours ont abouti à une modification des primes qui va de 2 millions à 7 millions de nos francs.

Hier c’étaient les footballeurs, les footballeuses, les volleyeuses, l’athlète Françoise Mbango, (championne olympique du saut en longueur qui a fini par prendre la nationalité française par désillusion), et aujourd’hui les basketteuses. A qui le tour demain ?

Tchakounté Kemayou

The following two tabs change content below.
Yves TCHAKOUNTE
Camerounais, doctorant, chercheur, sociologue, universitaire, chroniqueur et... blogueur. Le social, l'humanitaire, le volontariat, le bénévolat sont mes champs d'action. L'économique, le politique, le philosophique, le sociologique, bref, l'actualité du monde et de l'Afrique sont mes champs de réflexion. Vivons ensemble autrement!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *