Mondial 2018 : le réveil du Nigeria, pas trop tard

D’ordinaire quand les européens disent d’une outsider qu’elle est une équipe sympathique c’est qu’on s’attend à ce qu’elle n’aille pas loin mais fasse divertir… Aujourd’hui, entre le Nigeria  et l’Islande , ne sachant qui choisir, on évite d’appeler ces derniers sympathiques pour faire comprendre qu’on attend du concret des nigérians qu’on juge extravagants dans leur tenue… En termes euro football business ça signifie simplement qu’on leur souhaite bonheur rien qu’en cette rencontre pour que l’argentine  ait encore beaucoup de chances contre eux en dernier match de poule…

Une première mi-temps terne pour le Nigeria

L’arbitre Conger de Nouvelle Zélande est à son début en cette Coupe du Monde. À la deuxième minute, le gardien des aigles verts, Francis Uzoho (Du Deportivo La Coruna), a déjà chauffé ses gants sur un coup franc de Sigurson qu’il envoie en corner. Pour un gardien c’est mieux parce qu’il entre dans le match surtout si au début du championnat il était prévu que le titulaire fût Ikechukwu Ezenwa (du Club nigérian Enyimba). Mais l’Islande ne veut pas attendre… Elle revient souvent en attaque en recourant à la récupération au milieu de terrain. Le gardien nigérian aura du boulot apparemment. Moses, aile droite du Chelsea, obtient un corner à la sixième minute mais juste de quoi permette aux adversaires de vérifier leurs mécanismes défensifs. Les deux équipes risquent beaucoup et il ne faut pas s’attendre à un match d’intensité ou de haut niveau technique.

Le coach allemand du Nigeria  Gernot Rohr, ex de Niger  et Gabon , donne souvent des indications tactiques aux siens. C’est sur ses conseils que Moses récupère une balle en défense pour lancer Iheanacho vers un centre que Musa, à la réception, gaspille. Il est titulaire aujourd’hui et n’a pas encore pris ses marques. Il se fait de nouveau trouver distrait sur une incursion verticale de Moses à la 18ième.

Regarder Ekong et Omeruo dialoguer avec des courtes passes en défense sans trop se faire préoccuper par Sigurðsson confirme la lenteur du match. Moses risque gros à la 20ième quand un tir dirigé vers les buts se fracasse sur son abdomen pas loin des bras qui auraient pu causer un penalty. Il reste à terre un moment. Par la suite, son gardien loufoque mais efficace dans ses sorties comme en club à la Corogne en Espagne  lui frappe le ballon sur la tête : corner.

ETEBO tente de faire monter l’équipe mais les islandais n’aiment pas qu’on approche leur défense. Eyjolfsson vole un ballon à Balogun à la 30ième et celui-ci a besoin de la collaboration de Ekong pour éloigner le danger. Les Rapaces n’ont pas compris que les balles hautes et longues sont les proies faciles pour les centraux islandais.Première mi-temps terne à Volgograd où le Nigeria  cherche sa première victoire en 3 matchs depuis 2014 au Brésil .

Odemwinge avait permis de battre la Bosnie le 21 juin 1914 avant que l’équipe ne capitule devant la France  en huitièmes de finale. Balogun doit de justesse éviter qu’une balle aérienne ne favorise Bjarnuson et surprenne son gardien. Sævarsson met en touche à la 38ième, et curieusement, c’est Musa l’avant-centre du CSK MOSCOU qui fait la remise. Justement, personne pour inquiéter le gardien Hannes Thor Halldorsson…

À la 40ième Bjarnusson ne profite pas assez d’une bévue nigériane dans la surface. Sur sa passe, Sigurjónsson ne réussi pas à s’y prendre. Musa qui ne marque pas au mondial depuis Argentine  3-2 Nigeria  en 2014 accumule des fautes en attaques tandis que même sur les gradins des spectateurs sont surpris  et s’impatientent. Le match est soporifique et c’est le moment que Udowu jusqu’ici très en ombre choisit pour prendre le premier carton jaune. Sur le coup franc venimeux de Sigmundson, Finnbogason ne trouve pas la microseconde du tap-in. Ce 0-0 ne servant vraiment à personne, on s’attend à un match différent en seconde période.

Le doublé d’Ahmed Musa à la 2ème mi-temps

C’est l’Islande  qui recommence avec une balle centrale haute et le Nigeria , à la récupération, affiche son dynamisme avec une chevauchée de Etebo qui arrive fatigué au moment du tir plus de 65 mètres quand-même hein . Ebouhei, Hollandais comme Ekong, a remplacé Idowu mais possède les mêmes caractéristiques.

On attend encore qu’une équipe rompe la monotonie. Moses met le turbo à droite à la 48ième et trouvant les nordiques découverts, il veut la mettre au deuxième poteau pour Etebo, mais Musa fait montre d’excellentes capacités techniques. Il intercepte en course le cuir en demie volée du droit puis perfore les filets du même pied. Très beau but. Son troisième dans une coupe du monde et des Nigérianes lui envoient par vagues des demandes de mariage. L’Argentine , le prochain adversaire, se frotte les mains tandis que Ragnar Sigmundson est au sol. L’attaquant Nigerian lui assène un coup de genou au moment de courir jubiler pour son but.

Le numéro 6 de l’Islande  a désormais un bandage sur la tête et doit changer son maillot tout en Sang. Les arrêts de jeu seront très longs à la fin du match. Les super Eagles jouent maintenant fluide et lucides. Le tir de Ndidi à la 57ième a besoin de toute l’élasticité du gardien Halldórsson pour être passé en corner au dessus de la barre. Tandis que la clap dance des fans islandais commence dans les tribunes, sur le terrain les latéraux et La défense centrale du Nigeria sont de plus en plus sollicités.

Un tacle ingénu de Ndidi offre une chance à l’Islande à travers le mannequin Gíslason qui joue en D2 de Bundesliga en Allemagne pour 2500 euros par mois. Ragnar Sigurdsson n’a pas tenu longtemps avec le crâne bandé. Il sort à la 64ième pour permettre à Ingason né en 1993 de faire son 21ième ticket en sélection. C’est les ouest-Africains  qui se battent jusqu’ici tant mieux que mal. Les pôle-Nordistes n’ont pas changé leur attitude. Et le coach Hallgrímsson pense sûrement à faire entrer Böðvarsson comme il l’a fait contre l’Argentine.

Seul Sigurson a un pas différent par rapport aux siens, mais son tir va chercher les nuages à la 68ième. Le capitaine Obi Mickel, très expérimenté, sait comment gérer le temps qui passe. Moses reprend de l’espace à la 70ième mais n’arrive pas à servir Musa. Le corner de Iheanacho qui suit offre à Balogun une occasion de faire comprendre que le match a changé. 3 minutes plus tard, Etebo reçoit de la semelle sur la gauche, offre l’occasion du doublé à Musa mais la transversale renvoie un ballon que l’attaquant va rechercher une minute plus tard. Il rentre dans la surface en vitesse, fait une circumnavigation de La défense, fait affaisser le gardien par le dernier dribble et le voilà meilleur buteur de l’histoire du mondial des Géants d’Afrique.

La confiance reprend chez les Nigerians

2-0, deux buts pour lui comme contre l’Argentine  il y a 4 ans. Musa a attendu cette occasion depuis le début, pour faire voir son action préférée, vitesse, dribble, but en finesse. C’est lui l’auteur des 3 derniers buts du Nigeria en phase finale de la coupe du monde. Les défenseurs blonds pêchent en fondamentaux. Les coachs ne recommandent pas de gagner la ligne de fond quand le gardien est dribblé, mais de chercher à agresser le porteur de balle.

Les islandais frustrés multiplient les fautes inutiles en attaque. Emeruo sauve trop tard une action anodine quand l’arbitre Vidéo (VAR) a déjà rappelé le central pour un tackle de Ebouhei : penalty ! À ce moment, je signale à ma rédaction que je serre les fesses pour que le tireur loupe son tir et le sort que je jette a payé . Le Nigeria respire avec Ighalo qui entre et étale sa course ‍.

Uzoho le gardien nigérian quant à lui n’est pas techniquement parfait mais essentiel. À seulement 19 ans, il a le temps de s’améliorer. La dernière minute commence avec le Nigeria  qui peut compter sur le double avantage pour gérer le temps additionnel qui sera long. C’est pour ça qu’un changement offensif est fait. Iwobi, neveu, de Okocha, entre pour Etebo. Bon porteur de balle, il a 6 minutes pour éloigner les ballons de son camps. Surtout que le capitaine, Obi Mickel boitille, est blessé et le coach Rohr a fini ses remplacements.

Les Isabdsus rêvaient certainement de la seule rencontre de leur histoire avec le Green Eagles qui avaient perdu 0-3. D’abord, c’était un match amical et en 1981. 37 ans sont passés, les gars! Personne de vous n’était né, moi si .

NIGERIA  2-0 Islande 

Par : Mougoue Mathias Lionking

The following two tabs change content below.
Yves Tchakounte
Camerounais, doctorant en sociologue, acteur associatif des droits de l'Homme, l'Humanitaire est ma principale activité. L'économique, le politique, le philosophique, le sociologique, bref, l'actualité du monde et de l'Afrique sont mes champs de réflexion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *