Accueil > Rebelote > Cameroun : trois religieux kidnappés, Boko Haram soupçonné

Cameroun : trois religieux kidnappés, Boko Haram soupçonné

Dans la nuit du vendredi 4 au samedi 5 avril 2014 trois religieux ont disparu subitement. Selon les témoins, aux environs de 23 h45, heure locale, les hommes armés ont débarqué dans leur paroisse appelée « Paroisse de Tchéré ». C’est une bâtisse située à environ 20 km de Maroua (800 km au nord de Yaoundé), capitale de la région de l’extrême-nord du Cameroun. Région voisine du Nigeria. Il s’agit des prêtres italiens Giampaolo Marta, 47 ans, arrivé au Cameroun en 2004 et Gianantonio Allegri, 57 ans,  de nouveau au Cameroun depuis septembre 2014 après avoir passé 10 ans depuis 2002. Les deux sont originaires de Vicence, dans le nord de l’Italie. La sœur canadienne Gilberte Bussière, âgée de 80 ans, vit au Cameroun depuis 1979 et appartient à la Congrégation Notre-Dame de Montréal qui compte une vingtaine de religieuses dans le pays.

Cameroon Kidnapped Missionaries

Pour l’histoire, les kidnappings de ce genre ne datent pas d’aujourd’hui. Rappelons que  dernièrement, le rapt du prêtre français Georges Vandenbeusch, 42 ans, a fait beaucoup de bruit. Il avait été kidnappé un 14 novembre 2013 dans son monastère, la paroisse de Nguetchewe, près de Koza, dans le nord du pays, à 700 kilomètres de la capitale Yaoundé, une zone considérée comme très dangereuse. Avant lui, le 19 février 2013, la famille Moulin-Fournier avait elle aussi été enlevée.

1516926_img-0018-1200_800x400

Le père Gianantonio Allegri

Ces deux derniers kidnapping avaient connu un tapage médiatique international à tel point  que les soupçons qui pesaient sur le groupe islamique Boko Haram ont fini par être confirmés par le chef Abubakar Shekau, leader du groupuscule depuis 2009. C’est donc avec cette certitude que le père Henri Djonyang, vicaire général du diocèse camerounais de Maroua-Mokolo, joint par l’AFP, affirme que les religieux ont été enlevés par des hommes armés de Boko Haram. «Ce sont eux qui l’ont fait », affirme-t-il sans hésitation.  Mais, comment alors comprendre ce kidnapping qui est un de trop?

Tout juste après la libération de la famille Moulin-Fournier, la presse camerounaise et beaucoup d’opinion diverses soupçonnaient le gouvernement camerounais d’avoir donné une rançon au groupe islamique Boko Haram pour la libération des Blancs français. Ces soupçons se sont encore renforcés lorsque la même France a encore eu maille à partir avec le kidnapping du prêtre Georges qui a été libéré quelque semaines après. Ces série de rapts et de libérations à n’en plus finir font penser que c’est devenu un marché tant du côté du Nigeria que du  Cameroun. Quelque leaders d’opinion se demandent au fait, pourquoi cet intérêt et cet empressement à libérer les otages blancs alors que beaucoup de Camerounais qui dans ces régions voisines du Nigeria vivent le calvaire? N’y aurait-il pas des acteurs de l’ombre qui tireraient des ficelles dans ce kidnapping en séries? Il ne fait donc aucun doute qu’il y ait des intérêts en jeu et que l’Etat camerounais gagnerait à se raviser sur sa stratégie. En tous les cas, qui vivra verra!

 Tchakounte Kemayou 

Accueil de la plateforme